Mes lectures #2

Ah l’été… Cette période tellement propice à la lecture ! Au bord de l’eau, dans un jardin, dans une chambre, sous le parasol, dans les transports, rien de tel qu’un moment littéraire pour s’évader en cette saison. Comme dans le dernier article de cette rubrique, je vous propose une petite revue de 5 livres qui ont rejoint ma bibliothèque. C’est parti !

1. Debout, Rose McGowan

Dès les premières pages, j’ai senti que ce livre serait puissant. Je l’ai lu très rapidement, happée par le témoignage glaçant de l’actrice Rose McGowan sur sa vie et les dessous d’Hollywood. L’auteure, je l’ai découverte comme beaucoup dans la série Charmed. Dans ce livre, la désormais réalisatrice et activiste féministe retrace son parcours, qui commence par une enfance brimée au sein d’une secte en Italie, puis par une adolescence tiraillée entre père et mère peu impliqués. Une existence difficile qui se poursuit jusqu’à sa carrière d’actrice où les sévices et sacrifices sont quotidiens. Le récit aborde sans filtre le traumatisme de sa rencontre avec Harvey Weinstein, jamais nommé autrement que par « Le Monstre ».  La lecture de certaines anecdotes peut être difficile, j’ai terminé ce livre assez déboussolée mais avec l’envie de faire évoluer les choses. Hollywood fait vraiment froid dans le dos ! Je vous invite à lire ce témoignage poignant qui décrit avec pertinence la violence des injonctions faites aux femmes et l’emprise patriarcale dans la fabrique à rêves hollywoodienne.

Voir ce livre sur Decitre, ou sur Amazon

2. L’Art de la joie, Goliarda Sapienza

Ce roman majeur de la littérature italienne figurait dans ma liste d’envies depuis un bon moment. Il a suffit que Virginie Despentes l’évoque dans un article pour que j’y repense. Écrit entre 1967 et 1976 et publié à titre posthume en 1998, ce livre avait été refusé du vivant de Goliarda Sapienza par de nombreux éditeurs italiens en raison notamment de son contenu trop audacieux. Sur fond d’émancipation intellectuelle, d’éducation sexuelle et d’engagement politique, L’Art de la joie raconte l’histoire de l’insoumise Modesta, jeune fille née dans la misère qui au fur et à mesure des pages devient la matriarche d’une famille privilégiée. La découverte de la personnalité complexe et volontaire de Modesta pendant la première partie du roman m’a pas mal fascinée. Mais dans la deuxième partie, j’ai trouvé que le récit s’enlisait… Néanmoins, ce livre reste une fresque intéressante qui met en lumière la quête de liberté d’une femme hors du commun.

Voir ce livre sur Decitre, ou sur Amazon

3. Les Rêveurs, Isabelle Carré

Les romans autobiographiques me fascinent, et celui-ci n’a pas dérogé à la règle ! Dans Les Rêveurs, l’actrice Isabelle Carré nous livre son histoire et celle de sa famille avec une très grande justesse. Plus précisément celle de ses parents, un couple atypique des années 70 au mode de vie un peu déjanté et détaché de sa progéniture. Couronné de plusieurs prix et célébré par la critique à sa sortie, ce livre est une petite pépite de sensibilité. On comprend rapidement qu’Isabelle Carré dissimule derrière son sourire des blessures et des traumatismes qu’elle révèle avec délicatesse tout au long du livre. J’ai été très touchée par son écriture pleine de pudeur et vous recommande vivement ce roman empreint de sincérité.

Voir ce livre sur Decitre, ou sur Amazon

4. L’Art de perdre, Alice Zeniter

Prix Goncourt des Lycéens 2017, ce roman écrit par la très talentueuse Alice Zeniter m’a particulièrement captivée. Pour faire court, il raconte l’histoire d’une famille algérienne sur trois générations. La narratrice, une petite-fille d’immigré algérien, relate le parcours de son grand-père kabyle harki forcé de venir vivre en France, retrace l’intégration de ses enfants dans une culture totalement différente, et enfin aborde les questionnements des derniers descendants en quête d’identité. Le récit sonne juste, j’ai beaucoup appris grâce à ce livre, très bien documenté. En exposant simplement les faits, sans sentimentalisme ni parti pris, l’auteure nous laisse juge de cette période délicate de l’Algérie française et du traitement des harkis. Avec beaucoup d’émotion, Alice Zeniter pose également plus largement les problématiques de déracinement, de succession et de transmission. Un histoire familiale fascinante que je vous conseille !

Voir ce livre sur Decitre, ou sur Amazon

5. On s’y fera, Zoyâ Pirzâd

C’est le premier roman iranien que je lis. Publié dans la très jolie collection des éditions Zulma, ce livre raconte la vie quotidienne de trois générations de femmes dans le Téhéran actuel. On suit plus précisément le personnage d’Arezou, chef d’entreprise et maman célibataire d’une quarantaine d’années, qui essaie de trouver sa place entre coutumes traditionnelles et modernité. Autour d’elle, virevoltent sa mère excentrique, sa confidente Shirine et sa fille Ayeh qui cherche à s’émanciper… L’Iran m’étant totalement méconnu, j’ai été ravie de découvrir l’atmosphère qui règne aujourd’hui dans ce pays à travers ces portraits de femmes qui le peuplent. J’ai trouvé cette lecture plaisante, un peu légère parfois, mais qui nous plonge au cœur de la société iranienne contemporaine.

Voir ce livre sur Decitre, ou sur Amazon

Et vous, que lisez-vous en ce moment ? Avez-vous parcouru certains de ces livres ? N’hésitez pas à me donner votre avis dans la partie commentaires !

1 commentaire sur “Mes lectures #2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code