Lectures-Livres-Lauren-Bastide-Camille-Laurens-Daphne-du-Maurier-Yasmina-Khadra-Sarah-Waters-lea-pilea-blog-01

Mes lectures #4 – Lauren Bastide, Camille Laurens & co.

Oulalala… Quel bon cru ! Dans cet article consacré à mes dernières lectures, je ne vais vous parler que de pépites. Je n’exagère absolument pas… 🙂 Je suis vraiment heureuse de vous partager mon avis sur ces livres. Je les ai tous vraiment beaucoup aimés.

1. Présentes, de Lauren Bastide

Très engagée dans le féminisme, Lauren Bastide est journaliste. J’ai découvert son excellent podcast, La Poudre, il y a un petit moment maintenant et j’ai littéralement pris une claque ! J’ai adoré le concept : donner la parole aux femmes (artistes, écrivaines, chercheuses…) en les interrogeant sur leur parcours et/ou en abordant des questions sociétales, politiques et féministes. Ça ne laisse pas indemne et ça intéresse. Le podcast La Poudre a atteint 3,5 millions d’écoutes sur Itunes en 2018, chapeau !

Le livre de Lauren Bastide est dans la lignée de ses entretiens, il traite de l’invisibilisation des femmes dans la société : dans les villes, dans les médias et en politique. En prenant comme toile de fond sa propre expérience de femme blanche ex-rédactrice au magazine ELLE, Lauren Bastide décortique les travers du patriarcat. Elle partage très largement le travail incroyable de nombreuses chercheuses et s’appuie sur des chiffres qui sont justes affligeants !

« La réalité, c’est que les femmes ne représentent, sur une journée de prise de parole médiatique, que 24% du temps occupé. »
Présentes, de Lauren Bastide, page 10 (chiffre du Global Media Monitoring Project)

Très documenté, clair et drôle (oui on rit même si les sujets sont graves…), cet essai est à mettre entre toutes les mains. Je vous assure, j’en suis encore toute retournée !
Je vous invite grandement à vous procurer Présentes, à écouter La Poudre (ou à lire les entretiens retranscrits dans le tome 1) et à suivre Lauren Bastide sur Instagram (où elle relaie beaucoup d’informations sur l’actualité et la condition des femmes).

Voir ce livre sur Decitre ou La Fnac

Lectures-Livres-Lauren-Bastide-Camille-Laurens-Daphne-du-Maurier-Yasmina-Khadra-Sarah-Waters-lea-pilea-blog-02

 

2. Rebecca, de Daphné du Maurier

Portée à l’écran en 1940 par Alfred Hitchcock et adaptée plus récemment par Netflix, l’histoire de Rebecca est intrigante et à juste titre ! Elle débute avec la rencontre à Monte Carlo de la narratrice (anonyme), jeune fille de compagnie réservée, avec Maxime de Winter, propriétaire du très renommé domaine de Manderley, veuf depuis quelques mois. Ce dernier, a perdu sa femme, la flamboyante Rebecca, dans un terrible accident. On s’en doute, la jeune fille va devenir la nouvelle Madame de Winter, emménager à Manderley et tâcher de trouver sa place là où l’ombre de Rebecca plane toujours…

« Elle me regarda bien en face, les lèvres pincées comme pour siffler, après quoi elle pris une cigarette dans son sac et ouvrit son briquet :
– Voyez-vous, dit-elle, renfermant vivement le capuchon et commençant à descendre l’escalier, vous êtes extrêmement différente de Rebecca.
»
Rebecca, de Daphné du Maurier, page 181

Je ne vous en dévoile pas plus, ça serait gâcher le suspense du roman. Mais sachez-le, on s’attache d’emblée à cette jeune épouse timide qui succède à une femme que tous décrivent comme exubérante et irrésistible. Toute la dimension sociale de l’histoire est également intéressante. La narratrice n’est pas issue d’un milieu aristocrate, comme son époux. En arrivant à Manderley, c’est aussi tout un monde qu’elle découvre et auquel elle doit s’adapter. En somme, la narratrice et Rebecca, deux femmes que tout oppose.

Paru en 1938, ce roman est d’une modernité inouïe ! Il a fait l’objet d’une nouvelle traduction l’année dernière. Je vous conseille vraiment ce livre que j’ai beaucoup aimé. Il me tardait de connaître la suite de l’histoire chaque soir. Pour moi, le signe d’un bon livre.

Voir ce livre sur Decitre, La Fnac, ou Momox

Lectures-Livres-Lauren-Bastide-Camille-Laurens-Daphne-du-Maurier-Yasmina-Khadra-Sarah-Waters-lea-pilea-blog-05

 

3. Du bout des doigts, de Sarah Waters

Je n’avais jamais lu Sarah Waters. Quelle erreur ! Ma sœur a bien fait de m’offrir ce livre car je serais vraiment passée à côté de quelque chose… Ce livre raconte l’histoire de Sue, une voleuse orpheline vivant dans les bas-fonds de Londres à la fin du 19ème siècle, qui se voit proposer par un dénommé « Gentleman » d’escroquer une jeune et timide aristocrate. Sue accepte le marché et se rend au domaine de Briar pour devenir la nouvelle femme de chambre de Mademoiselle Maud Lilly. Sa mission : faire en sorte que sa nouvelle maîtresse tombe amoureuse du fripon Gentleman et l’épouse.

« – C’est pas terriblement méchant, c’qu’vous voulez faire, Gentleman ?
– Méchant ? Mon dieu ! Bien sûr que c’est méchant, Dainty ! Mais c’est une méchanceté qui va nous rapporter quinze mille livres.
»
Du bout des doigts, de Sarah Waters, page 49

L’intrigue est déjà très prenante mais il s’agit là du début du roman qui fourmille de rebondissements ! Pas étonnant que le réalisateur coréen Park Chan-wook en ait fait une adaptation en 2016 avec le film Mademoiselle et que la BBC ait également tourné une mini-série tirée du livre en 2005 ; l’histoire est palpitante et très cinématographique.

Vous allez penser que j’exagère un peu mais j’ai vraiment tout adoré dans ce livre : l’intrigue est géniale, l’époque est passionnante, les dialogues sont truculents… On découvre aussi dans ce roman plusieurs aspects méconnus de la société victorienne : l’existence d’une certaine bibliographie érotique, la réalité des asiles psychiatriques pour femmes ou encore les méthodes d’exécution à grand spectacle. C’est un livre foisonnant que je vous recommande grandement !

Voir ce livre sur Decitre, La Fnac, ou Momox

Lectures-Livres-Lauren-Bastide-Camille-Laurens-Daphne-du-Maurier-Yasmina-Khadra-Sarah-Waters-lea-pilea-blog-06

 

4. Ce que le jour doit à la nuit, de Yasmina Khadra

Offert par une de mes très bonnes amies, ce livre fut également une très très agréable découverte. Je lisais pour la première fois Yasmina Khadra, de son vrai nom Mohammed Moulessehoul, et son roman m’a transportée.

L’histoire se déroule en Algérie dans les années 30. Issu d’une famille pauvre, le jeune Younes se voit confié à son oncle pharmacien près d’Oran. Dans cette nouvelle vie plus confortable, Younes devenu Jonas, grandit aux côtés de la communauté pied-noire au sein de laquelle il noue des amitiés fortes. Jeune homme, il s’éprend de la belle Émilie. Mais les tensions entre colons et Algériens se font de plus en plus importantes et il peine à trouver son identité.

« Par la fenêtre ouverte sur un ciel bleuté où la lune se veut médaillon, je m’apprête à voir défiler, au ralenti, mes turpitudes et mes joies. »
Ce que le jour doit à la nuit, de Yasmina Khadra, page 432

C’est une magnifique fresque historique écrite dans une langue absolument splendide. Je vous assure, le style de Khadra, c’est quelque chose. J’ai adoré me plonger dans ce roman qui, en plus de raconter une très belle histoire et de faire voyager, aborde le lourd sujet de la colonisation. Et puis, ce texte a une résonance toute particulière pour moi car une partie de ma famille est pied-noire et a vécu à Oran justement. Dans ce livre, j’ai  donc été spécialement attentive aux descriptions et à l’ambiance qui régnait dans ce pays à cette époque-là.

Je vous conseille vraiment de lire Ce que le jour doit à la nuit. Et si ça vous intéresse, le réalisateur Alexandre Arcady en a fait une adaptation en 2012.

Voir ce livre sur Decitre, La Fnac, ou Momox

Lectures-Livres-Lauren-Bastide-Camille-Laurens-Daphne-du-Maurier-Yasmina-Khadra-Sarah-Waters-lea-pilea-blog-04

 

5. Fille, de Camille Laurens

Je termine cette courte sélection d’ouvrages avec celui de Camille Laurens que j’ai lu dernièrement. De nombreuses personnes l’avaient dévoré autour de moi, je voulais comprendre cet engouement.

Dans ce roman, on suit depuis les années 60, le parcours de la petite Laurence née « fille » au grand dam de son père qui voulait un garçon. Dès la naissance de la fillette s’installe une réflexion sur la féminité et la place des femmes. C’est quoi être une fille dans notre société ? Cette question est implicitement posée tout au long de la lecture.

« Vous avez des enfants ? demande le monsieur.
– Non, dit mon père. J’ai deux filles. »

Fille, de Camille Laurens, page 50

Ce livre, c’est une vie de femme racontée très simplement dans un style très direct et intime. Enfance, adolescence, premières amours, maternité… Camille Laurens revient sur toutes les étapes qui ont jalonné la vie de femme de Laurence, avec toutes les joies et les drames que ça peut impliquer… Cette histoire est une autofiction, l’autrice s’est en grande partie inspirée de son vécu pour écrire son roman. Je vous invite à lire Fille, un roman post #MeToo bouleversant que je n’oublierai pas.

Voir ce livre sur Decitre, La Fnac, ou Momox

Lectures-Livres-Lauren-Bastide-Camille-Laurens-Daphne-du-Maurier-Yasmina-Khadra-Sarah-Waters-lea-pilea-blog-03

J’espère que ces quelques mots sur mes lectures vous serviront. N’hésitez pas à me parler de vos découvertes littéraires dans la partie « commentaires », ça m’intéresse beaucoup. Très belle journée à vous !

 

Abonnez-vous à la newsletter !

1 commentaire sur “Mes lectures #4 – Lauren Bastide, Camille Laurens & co.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *